Approbation

12 juillet 2011

Nouvelles, Tous les textes

Je me souviens.


Premier jour de maternelle.

Personne ne m’avait dit.

Enfin, si, ma maman m’avait dit.

Si tu sais pas, tu fais comme les autres.

Mais je savais rien, moi !

J’ai jamais rien su…

Il fallait toujours bien être comme il faut.

Parfait.

Ne pas dépasser du rang.

Rester bien sage.

Ne pas se faire remarquer.

Même pas en bien.

C’était impoli.

Ça attirait les ennuis.

Pour vivre heureux, vivons cachés.

Il y a de bonnes et de mauvaises façons de faire les choses, et les grandes personnes savent déjà comment il faut procéder.

Pas la peine de chercher.

On te montre, tu fais.

Tu n’as pas à chercher comment faire mieux.

« Prenez vos crayons à papier »

Parce que tous les crayons ne servent pas à gribouiller sur du papier ?

Je ne savais pas.

J’ai sorti un stylo.

On s’est moqué de moi.

De mon ignorance.

Mais personne ne m’avait dit.

J’ai eu honte.

De mon ignorance.

De m’être déjà fait remarqué.

J’ai senti le rouge monter à mes joues.

Mon regard s’est baissé.

Incompréhension.

Je ne demandais pourtant qu’à plaire.

Qu’à être validé par mes pairs et l’institutrice.

Qui a dû placer dans ma main le crayon en bois pour pallier à ma complète incompréhension.

Qui n’a pas vu mon complet désarroi.


Il a fallu ensuite dessiner un paysage.

Un coup d’œil sur les travaux de mes condisciples m’apprend que leurs arbres semblent arborer un feuillage presque parfaitement sphérique.

Je trouve ça bizarre.

Ils sont pas ronds, les arbres, non ?

Ils sont pleins de feuilles ?

Il me semble qu’il faudrait les dessiner de façon plus…

Je ne connais pas encore le mot asymétrique.

Je ne connais pas encore le mot chaotique.

Mais je suis mal à l’aise .

Je me suis déjà fait remarquer une fois.

Une fois de trop.

C’est mal, de se faire remarquer.

J’ai peur.

Peut-être que c’est comme ça qu’il faut dessiner les arbres ?

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai peur de demander.

Je me ferais encore remarquer.

Alors je prends mon crayon, et je commence à dessiner des arbres aux troncs rectilignes et aux feuillages ronds.

On dirait des sucettes ou des hochets.

Mais dans cette salle de classe, ce sont des arbres.


J’ai dessiné des arbres au feuillage sphérique pendant au moins cinq ans.

Je n’ai aucune idée de ce qui m’a décidé à briser cette loi.

Ce fut la première d’une longue série.

J’ai appris à me méfier des « grandes personnes ».

J’ai appris à penser par moi-même.

Mais…

Je dois reconnaître…


Mais je suis loin de m’être débarrassé de cette terreur de ne pas être… disons… approuvé.

À propos de Durf667

Nihiliste, asocial, anhédoniste subversif, misanthrope contrarié, névrosé narcissique, pessimiste indocile, mystique chaotique, excentrique décentré, élitiste marginal, utopiste désespéré, solitaire empathique, esthète blasé, humaniste déçu, terroriste mental, être humain.

Voir tous les articles de Durf667

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Approbation”

  1. art-borescences Dit :

    Très joli texte, un peu naïf mais qui m’entraîne dans quelques réflexions…

    Dessiner les arbres ronds comme des chupa chups est-ce réellement « penser par soi même » et affirmer sa personnalité.
    Je dirai plutôt le contraire, c’est en rester dans un schéma commun de ce qu’est « l’idée d’un arbre » au sens commun.

    On a besoin des autres (les grandes personnes, les maîtresses, les maîtres (en peinture)…) pour se remettre en question et apprendre a voir autrement que dans sa petite bulle. ‘est grâce à cette maîtresse que vous écrivez ce texte, et que vous vous êtes questionner sur « comment dessiner un arbre »…

    J’ai vécu enfant cette situation là (qui me donne envie de vous répondre), et depuis, ça fait plus de 30 ans que je dessine des arbres (voir lien sur pseudo pour mes dessins)… J’apprends encore…

    Répondre

Laisser un commentaire

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre