Crash-test #8

9 octobre 2011

Crash-test, Tous les textes

Méfie-toi de tes rêves (refrain connu).


La bête se débat. Elle crache, rugit, grogne. Elle ne se laisse pas faire. Son ombre s’étend sur le dompteur, lui cache le soleil. Toutes dents dehors, elle déchire et réduit en lambeaux à la moindre occasion. Elle s’engouffre dans toutes les failles, appuie sur toutes les plaies, laisse croire qu’elle est touchée, mais c’est pour mieux bondir à nouveau sur celui qui n’a d’autre choix que de la dresser. C’est couvert de sang qu’il sortira de ce combat, qu’il soit victorieux ou non.


Il n’y a qu’une issue. La question n’est plus de savoir comment ça va se terminer, mais quand.


Tirage du jour :

Le consultant : VI. L’amoureux.

Situation présente : XVII. L’étoile.

XVI. La tour inversée.

Guides : X. La roue de fortune

IV. L’empereur inversé.


Faire la part des choses. Discerner les fausses certitudes. Exhumer les vraies.


Elle est trop inaccessible pour qu’il ne bloque pas sur elle. S’il avait réellement une chance, elle ne l’intéresserait pas autant. C’est la totale impossibilité de toute victoire qui le rassure. Comme ça, ça reste du domaine du fantasme, du rêve, de la fuite. C’est plus facile.


L’oniromancien ne dort plus, désormais.


« Finalement, en tant qu’organe, mon cœur m’aura jamais apporté que des emmerdes.

 - Ben c’est justement ça, l’intérêt, non ? »

 

Il essayait de tenir une liste exhaustive de ses addictions, notant leurs progressions, les évolutions de leurs emprises sur lui. Elle faisait quand même douze pages.


Hey you, fuck you, I’m your god now !


Il faut vivre. Réellement vivre. Éviter les succédanés de vie sous cellophane qu’on vend dans les pubs. La plupart des gens sombre dans la dépression parce qu’ils sont déjà morts. Reposez-vous trois jours et revenez à la vie, comme l’autre hippie, là, dont le nom m’échappe.


C’est pas le nombre de démons sur ton épaule qui compte, c’est ce qui se passe quand tu leur fait fermer leur gueule.


Si les prophètes, les vrais prophètes, j’entends, pouvaient se décider à ne pas dire la vérité, peut-être que quelqu’un les écouterait.


C’est pas la société qui est malade, c’est l’humanité.


Y a quelque chose de religieux dans un concert rock. Une messe païenne. Un sacrifice à Dionysos.


En vérité, je vous le dit, vivement vendredi.

À propos de Durf667

Nihiliste, asocial, anhédoniste subversif, misanthrope contrarié, névrosé narcissique, pessimiste indocile, mystique chaotique, excentrique décentré, élitiste marginal, utopiste désespéré, solitaire empathique, esthète blasé, humaniste déçu, terroriste mental, être humain.

Voir tous les articles de Durf667

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre