Crash-test #13

28 décembre 2011

Crash-test, Tous les textes

Soyons désinvoltes, oh, putain, oui, soyons désinvoltes.

La bête s’était tue. Toujours assoiffée, on l’entendait grogner et gratter à l’extérieur. Mais les murs étaient à présent solides, l’entrée barricadée d’une lourde poutre de bois massif, les fenêtres laissaient uniquement entrer le soleil. Alors l’abomination, perverse, intelligente, déterminée, bien qu’affaiblie, chercha et trouva une solution. Le jour suivant, s’infiltrant par les fissures du plancher, le jour sous les portes, les cafards, grouillants et innombrables, apparurent.

Heureusement, j’ai du café.

Il était retombé dans cette vieille malle dont il avait tant eu de mal à sortir. Oh ! Pas de souci, il en ressortit aisément. Mais couvert de poussière et aveuglé par la lumière.

La crasse. La sueur séchée. La poussière accumulée. Les peaux mortes.

« Une dernière requête ?

- Tue moi rapidement, cette fois-ci. »

Tu vois, quand tu reviens d’un concert, les acouphènes ? Un putain de bourdonnement qui ne te lâche qu’avec le temps. Ben lui, c’est pareil, sauf que c’est pas d’origine acoustique. Un sale larsen de merde qui résonne en permanence contre les parois de son crâne.

C’est complètement idiot. Mais qu’est-ce que c’est bon, bordel !

Des fois, la vie, ou certain des éléments qui la constituent, se met en pause. Quelques jours ou semaine de statu quo. Faudra bien ré-appuyer sur play un de ces quatre.

Ça, c’est fait.

La plupart des gens, quand ils sont au bord d’un précipice, ne pense qu’à s’en éloigner. Ils préfèrent ignorer ce qu’il y a au-delà. Ils ont trop peur de tomber. D’autres sont fascinés, hypnotisés, sans doute par l’idée-même de la chute. Oh ! Je vais tomber ! ». Et ils tombent. Une poignée réalise que la chute n’est pas obligatoire. Il suffit d’apprendre à voler quand vous vous sentez prêt.

(Dépêchez-vous de lire ce paragraphe, il faut que je le rende à Neil Gaiman, après.)

Je vote, et je dis qu’il bluffe.

« Chères âmes, vous êtes priées de ne pas vous précipiter vers votre prochaine incarnation. Chaque Vie entamée l’est définitivement. Elles ne seront ni reprises, ni échangées. »

Quand j’étais petit, je voulais être Kurt Cobain ou Jim Morrisson. Et puis un jour, sans prévenir, j’ai eu 27 ans. Après, j’ai voulu être David Bowie ou Iggy Pop. Ou même Johnny Cash. Il m’en aura fallu, du temps, avant de me décider à essayer de devenir moi-même.

Ce n’est qu’un combat, continuons le début.

À propos de Durf667

Nihiliste, asocial, anhédoniste subversif, misanthrope contrarié, névrosé narcissique, pessimiste indocile, mystique chaotique, excentrique décentré, élitiste marginal, utopiste désespéré, solitaire empathique, esthète blasé, humaniste déçu, terroriste mental, être humain.

Voir tous les articles de Durf667

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre