Haïkus automatiques.

L’ogre meurt de faim,

L’ondin réclame de l’eau,

De gros vers attendent.

 

 

Hier sera cloué

Sur un mur. Les yeux se ferment,

La photo est floue.

 

 

Le miroir est une

Frontière, une orée, un sas.

Gardé par soi-même.

 

 

Fuir est une idée

Appliquée par tous, souvent

Sans s’en rendre compte.

 

 

Le sommeil me fuit,

Trop terrifié, non par lui,

Par l’odieux éveil.

 

 

Une odeur s’imprègne,

Se love, s’insinue. Riche

Est celui qui sent.

 

 

Respirer fait mal.

Expirer, bien plus encore.

Mais arrêter tue.

 

 

Un haïku n’est rien

Qu’un jeu auquel l’auteur triche.

Orgueil et snobisme.

À propos de Durf667

Nihiliste, asocial, anhédoniste subversif, misanthrope contrarié, névrosé narcissique, pessimiste indocile, mystique chaotique, excentrique décentré, élitiste marginal, utopiste désespéré, solitaire empathique, esthète blasé, humaniste déçu, terroriste mental, être humain.

Voir tous les articles de Durf667

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre