Se sortir la merde de la tête, et les doigts du cul

Posté par Durf667 le 23 janvier 2012

Y a des jours, comme ça… Et y a des jours tous les jours…
La révolution commencera sur un malentendu.
Si elle commence jamais.
Polybe : anacyclose.
Monarchie, Tyrannie, Aristocratie, Oligarchie, Démocratie, Ochlocratie.
Commence déjà par la faire dans ta tête, la révolution.

Des réveils comme ça, j’en voudrais plus jamais, ou alors tous les jours.
Envie de s’immoler par le feu devant le Palais Bourbon.
Envie de tirer à vue dans la rue sur les passants. Pour enfin provoquer une réaction.
Envie de se foutre en l’air pour des motifs philosophiques.
Envie de tous vous laisser dans votre merde.

Question : La révolution peut-elle être faite par des misanthropes.
Calculatrice autorisée, vous avez quatre heures.

Quand je serai grand, je veux être ermite, avec l’ADSL.

Les élites ne se rendent même plus compte qu’elles constituent une élite, justement. Elles sont persuadées d’être légitime, et plus intelligentes que les masses qu’elles prétendent représenter. C’est peut-être vrai, d’un point de vue intellectuel et culturel. Mais ce n’est pas une raison. À force d’avoir systématiquement raison, de leur point de vue, leurs idées consanguines ne s’opposent entre elles qu’en apparence.

Tout le monde est persuadé qu’un égoïste, c’est quelqu’un qui pense pas à lui. L’empathie, c’est bon uniquement pour permettre aux autres de se mettre à Ma place. Alors, pourquoi ils le font pas ? Les enculés…

« Indignez-vous »…
Mais c’est nul, l’indignation.
Être indigné, c’est se couvrir la bouche, ravaler un haut-le-coeur et dire « Oh ! C’est pas bien, car c’est mal ! », avant de repartir chez soi pour pas rater le match de foot.
C’est pas s’indigner, qu’il faut faire.
C’est juste un début.
C’est foutre le bordel, qu’il faut faire.
Mais c’est plus risqué.
Ils risqueraient de vous sucrer les APL.

Je voudrais simplement qu’on me laisse la possibilité de ne plus participer à ce merdier qu’on nomme la société. Mais on me laisse pas le choix.

Jusqu’à une époque pas si éloignée, ceux qui étaient radicalement opposé au système tel qu’il se présentait à eux avait toujours une échappatoire : se barrer. Traverser l’Atlantique, traverser l’Amérique jusqu’au pacifique, créer une communauté en Afrique noire, peupler une île déserte et envoyer tout le reste du monde se faire foutre. Le drame du XXème siècle, c’est l’abandon de la conquête spatiale. Les fous, les inadaptés, les rebelles et les paumés n’ont plus nul part où aller.

Il ne veulent pas de lendemains meilleurs, ils veulent un présent confortable, sans danger, et agréable.

Les pieds dans la merde, mais le poing levé.

La révolution ne sera pas télévisée. La révolution n’aura pas lieu tant que le peuple ne se verra pas à nouveau lui-même en tant que peuple. Là, il se voit essentiellement en tant que groupe d’individus distincts et égoïstes.

C’est pour ça, je te le dis, camarade, commence par faire la révolution dans ta tête. Tu verras bien ce qui en sortira ensuite. Le monde risque de rester bien dégueulasse, mais toi, t’auras avancé.

Ils ont essayé de la faire, leur révolution, en 68. Mais maintenant que leur génération est au pouvoir, ils disent, un sourire en coin, « Ah la la, qu’on était cons… »
Ça va, vous vous êtes bien marré ? Parce que nous, vous savez, vos gosses, on a pas tellement envie de rire, maintenant, là, tout de suite.

Se sortir la merde de la tête, et les doigts du cul.

La Rage, camarade, la Rage…

Laisser un commentaire

 

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre