Crash-test #16

Posté par Durf667 le 12 mars 2012

Je sais pas ce qu’on cherche, chez les autres. L’être humain est un animal social. Mais la compagnie des autres est douloureuse. Presque autant que la compagnie de soi-même.

Je vais bien.

J’ai plus envie de me prendre la tête, mais faut reconnaître que j’en ai tellement l’habitude que parfois, je peux pas m’en empêcher.

Il fouillait ses notes. Dix ans d’articles et d’interviews de groupes et musiciens divers et variés. Et au final, une grosse dizaine de feuillets sur « The Buzz », qu’il considérait pourtant comme un des meilleurs groupes inconnus de tous les temps. The Buzz, 4 ans d’existence, deux albums auto-produits, trois split-singles avec des groupes à peu près aussi inconnus qu’eux, quelques démo. Et le charisme de Desdi, le chanteur cramé. Il se demandait ce qu’il avait bien pu devenir.

Le loup s’était tu. Il ne tentait plus grand chose. Maintenant, il s’agissait de sortir de la cabane où il s’était enfermé pour lui échapper. C’était presque plus dur que de combattre la bête. Elle était rassurante, cette cabane.

Satan, la première fois où il passa son bac,

Se vit , par son échec, attendre un an la fac.

Moralité : Lucifer a repassé.

Tu sais, sur scène, avec le bon éclairage, le bon fond sonore, la bonne attitude, tu peux déclamer du Mireille Matthieu, ce sera classe.

Ils s’imaginent toujours qu’il y a quelque chose à comprendre…

Il m’arrive de penser.

(Hommage à Moébius) : L’être humain est-il bon ? Je sais pas… Grande question… J’ai peur que leur viande soit un peu filandreuse.

Joshua commençait à se sentir bien au sein de la Cité. Il y avait maintenant ses habitudes. Un appartement qui donnait sur les jardins suspendus d’Obéron. Le marché des faës où il passait tous les matins, par curiosité ou nécessité. Les pintes en terrasse du Paradise Lost. Les promenades vespérales en orée du Bois. Il s’y sentait bien. Se réveiller tous les matins et être obligé de quitter la Cité lui pesait de plus en plus.

Je ne suis plus seul. Parfois, ça me terrifie. Parfois, je me rends compte qu’il n’y a pas à avoir peur.

Dieu n’est pas mort, il est en ligne avec Orange pour qu’on lui rétablisse sa connexion depuis, ouh là ! Au moins. Saloperie de box.

Ce n’est pas le monde extérieur qui te tue, ce sont tes propres armes que tu retournes contre toi.

Un ange qui a perdu la fois, un démon qui ne croit plus au mal absolu, un humain médium au cerveau cramé par l’alcool, un sorcier obsédé sexuel. La fine équipe. Tout à fait le genre à être dans les plans secrets de Dieu pour empêcher, ou provoquer, l’Apocalypse.

Ça faisait longtemps. Je vous ai manqué ?

Laisser un commentaire

 

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre