Soucoupe.

10 septembre 2012

Poemes, Tous les textes

 

Vautré dans mes postures, dans le feu d’un blasphème,

Je suis debout et fier, quand, soudain, tout s’efface :

Arrive devant moi le vrai, le bon, la grâce…

Et ma colère s’efface sous le vent d’un « je t’aime ».

.

En guerre, je me soumets, vaincu par toi. Ta face

Qui ne demande rien… Mes blessures elles-même

Se referment sous tes yeux. Mes couleurs virent au blême,

Mes batailles sont vaines. Ma douleur, à sa place

.

Se tient enfin la paix, un sommeil qui n’est pas

Une fuite. Plutôt un répit, une trêve.

Je dors mieux. Et soudain, quand j’écoute mes rêves,

.

Un chemin se fait jour. Je laisse enfin mes pas

Me mener où je dois aller. Tu es l’appât

Qui m’attire à l’arbre de vie et à sa sève.

À propos de Durf667

Nihiliste, asocial, anhédoniste subversif, misanthrope contrarié, névrosé narcissique, pessimiste indocile, mystique chaotique, excentrique décentré, élitiste marginal, utopiste désespéré, solitaire empathique, esthète blasé, humaniste déçu, terroriste mental, être humain.

Voir tous les articles de Durf667

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre