Dernières volontés d’un nihiliste

Posté par Durf667 le 10 juillet 2014

Quand, les années passées, mon corps aura péri,

Ne viens pas sur ma tombe, ne viens pas pleurer là.

Si mes os y seront, moi, je serai parti.

Non, il ne restera rien de ce qui fut Moi.

 

Je serai dans les yeux de ceux qui m’ont connu,

Je serai dans les cœurs de ceux qui m’ont aimé.

Je serai les regrets de celles que j’ai déçues,

Je serai dans l’écho de mes jeunes années

 

Qui résonnera quand tu verras ces photos,

Déchirées et jaunies, poussiéreuses et vivantes.

Je serai dans ces lignes que je tire de mes maux…

Non, je ne serai rien qu’une présence absente.

 

Je serai dans les murs de ma maison d’enfance,

Je serai dans les présents que je t’aurai fait,

Je serai dans le rire qui te vient quand tu penses

Aux conneries anciennes, aux délires, et jamais

 

Je ne disparaitrai tant que tu survivras.

Car mon corps sera mort, et je ne crois en rien.

Quand tous seront partis, tout de nous périra :

Tout le mal infligé, mais aussi tout le bien.

 

Ne pleurons rien, alors, d’ici quelques décades

Nous serons oubliés, et c’est bien. Car enfin,

Vouloir laisser sa trace, ce n’est là que bravade,

Vanité imbécile. Que laisser ? Et bien, Rien.

 

Quand, les années passées, nos corps auront péri,

Quand nous serons enfin oubliés des Terriens,

Nous auront la paix car rien de nous ne survit.

Quand la tombe nous appelle, que laisser ? Et bien, Rien.

 

rip.php

Laisser un commentaire

 

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre