• Accueil
  • > Archives pour janvier 2015

Crash-test #29

Posté par Durf667 le 22 janvier 2015

 

 

Haïku :

Elle n’entend pas bien

C’est pourquoi elle imagine,

Elle pense qu’on la hait.

 

Il n’y a, finalement, pas de matin plus triste que celui de Noël quand on n’est plus un enfant.

 

Quoi que tu fasses pour la première fois, dis-toi aussi que c’est la dernière fois que c’est une première.

 

Je suis PAS parano ! Je suis PRUDENT ! C’est pas parce que mon colloc paie le loyer que je le laisserai faire tout ce qu’il veux chez MOI. C’est pour ça…. Ouais, c’est pour ça que j’ai planqué toutes ces caméras partout dans l’appart. Une figurine en résine Gundam sur une étagère du salon, dans le salon. Une caméra dans le socle. J’ai détourné la kinect, aussi. Un faux briquet posé sur la table basse. Il fume pas. ET quelques autres… dans le salon, la salle de bain, l’entrée, la cuisine. Sa piaule. Le tout émettant en HF vers mon PC. Comme ça, il peut pas me la faire à l’envers. C’est qu’il ramène du monde à l’appart, en plus ! Des copains à lui, son dealer, ses parents. Des filles, aussi. Ouais… Des filles…

 

La viande avait le goût d’un meurtre. Le vin celui de cendres.

 

Tu n’es rien d’autre qu’une magnifique et inutile cathédrale de carbone.

 

La nuit fut longue et l’aube naissante se fige dans la fraicheur bleue d’un air nettoyé par une pluie intermittente. J’ai soif. Le soleil arrive. J’attends, sur le toit de cet immeuble, le cul sur le béton, le regard à l’ouest. Premier rayon de soleil. Caresse ma peau. Odeur de brulé. Ça fait mal. Ma joue exhale une fumée noire. Carbonisation en cours. Enfin, le soleil. La fin d’une nuit de 300 ans.

 

La douleur est parfois la seule façon de se rappeler qu’on est vivant.

 

« Le monde est injuste !

- Qui a dit qu’il était sensé l’être ? »

 

Et ainsi le mentor devint l’élève.

 

Alors, il reprend ce vieux texte, le relit, le corrige. Sans but. Il voit les failles. Il respire des mots venus de son passé. Ce n’est pas ce qu’il raconte dans ce texte qui compte. C’est ce que le texte lui raconte de lui-même.

 

Ils défendent la liberté d’expression en prenant des mesures liberticides…

 

Un rassemblement, ce n’est rien d’autre qu’un carrefour engorgé, ce n’est rien que le croisement des chemins personnels des membres d’une foule qui cherche sa destination.

 

Une vie, c’est juste la somme des mensonges que celui à qui elle appartient se raconte.

 

C’est pas moi qui suis désespéré, c’est le monde qui est désespérant. Et je suis lâche, aussi.

Publié dans Crash-test, Tous les textes | Pas de Commentaire »

 

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre