Lettre à toi, Société, ou : Le génocide invisible.

Posté par Durf667 le 25 mai 2015

 

Je suis le témoin muet, impuissant, atterré

D’un génocide invisible que l’on cache au monde.

Tu nous vends du bonheur cellophané, immonde.

Tu nous tues, tu le nies, tu crois vraiment. Tu rêves…

 

Tu nous refuses paix, repos, il n’y a pas de trêve

Autorisé à ceux pour qui vivre est une lutte.

Tu nous dis : « Envole-toi ! », mais nous sommes en pleine chute…

Si nous osons crier, tu nous dis : « C’est pas moi !

 

C’est quand même pas ma faute si tu ne comprends pas

Que je veille sur toi aussi bien que je peux ! »

Et bien, tu t’en sors mal, sale connasse de mes deux !

Rends-moi mon RSA et va taxer la vieille

 

Héritière L’Oréal, ou Dassault. Au soleil

Ils en ont de la thune. Et j’ai un scoop pour toi :

Un petit millions en moins, ils le sentiront pas,

Les cinquante balles en moins, pour moi, un pauvre con,

 

Que tu m’as retiré pour cette simple raison

Que j’ai un peu bossé il y a deux ou trois mois,

Que j’ai viré mon mec, que je n’ai pas d’emploi

Depuis trop longtemps à ton goût de merde,

 

Et ben il me les faut. Pour mon toit, pour manger.

Mais tout ça, tu t’en fous, tu as bonne conscience…

La froid, tu connais pas, elle est pleine, ta panse…

Nous crevons de tes erreurs… De ta nullité.

Laisser un commentaire

 

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre