Des astres

Posté par Durf667 le 1 avril 2018

Les corps, la gravité,

La pesanteur, le vide.

Les trous noirs-déités

Avalent l’apatride,

Réclament, imposent un dû

Imaginaire ? Réel ?

Ils broient l’individu.

Du poison et du fiel.

Et les corps, dans leur chute,

Attirés malgré eux

Par ces astres, ces brutes,

S’écorchent, se cassent en deux.

Les Cronos-cannibales

Ne peuvent s’empêcher,

Réactions animales,

De prendre et d’arracher

Satellites et planètes

Bien loin de leurs orbites,

Dévorant les comètes,

Interdisant leur fuite.

Publié dans Poemes, Tous les textes | Pas de Commentaire »

European Jesus

Posté par Durf667 le 15 mars 2018

Comme je savais trop quoi faire, je me suis amusé à détourner les paroles de « American Jesus », de Bad Religion, pour en faire un hymne à la gloire de Saint-Macron Premier, Sauveur de La France, Prince de l’Europe, Pourfendeur de la Belette de Winchester, Inventeur de l’Appareil à Raclette, Grand Architecte de l’Opulence En Carton, Que Son Saint Nom Soit Loué Pour les Siècle des Siècle, Amen. Ou pas.

Pour ceux qui connaisse pas le morceau, je cale la vidéo du clip après le texte.

Des bisous, vils sacripans.

 

I don’t need to be a normal citizen
Because I’m blessed by superiority
I’m a member of the Elite ruling class
We enforce our popularity
There are things that seem to pull us under
And the populace that drag us down
But I’m the power and the vital presence
That’s lurking all around

 

I am the European Jesus
I’m the leader of my state
I am the European Jesus
Help me save you from your-stupid-selves

 

I feel sorry for the earth’s population
Gotta care first for Europe and France
At least the foreigners can copy our economy
They can visit but they cannot stay
Only precious few can garner the prosperity
It makes us walk with renewed confidence
We’ll make Europe a paradise just for us
The architect lives in Élysée Palace

 

I am the European Jesus
Fighting for the Elite’s wealth
I am the European Jesus
Overwhelming millions every day

 

I’m the bankers locked money
The force the army wields
The expression in the faces of the dying migrants
The power’s in my hand

I’m the fuel that drives the land
I’m the motive and conscience of the media servants
I’m the preacher on t.v.

Praise God Economy
His orders that’s written by the big computers
The nuclear bombs

Everyone else is wrong
And I’m hopeful that you’ll vote for me

 

I am the European Jesus
I’m the leader of my state
I am the European Jesus
Exercising my authority

I am the European Jesus
Fighting for the Elite’s wealth
I am the European Jesus
Overwhelming millions every day

 

One Leader, one God…

 

Publié dans Chanson, Poemes, Tous les textes | Pas de Commentaire »

La lutte

Posté par Durf667 le 2 janvier 2018

Des mois sans rien penser

Ou alors, beaucoup trop.

Des neurones agacés,

Des mois sans dire un mot.

Les histoires qui sont tues,

Un cerveau trop blasé

Qui mène une battue,

Poursuivant mes idées.

Ce que j’ai trop vécu,

Ou bien, soit ! Pas assez !

Je l’ai bien assez lu,

Je l’ai trop vu passer…

Et je l’ai trop écrit,

Du moins, oui, je le crois :

Les même avanies,

Les joies, les rêves, l’effroi

D’encore tout foutre en l’air

De peur de réussir.

Car plutôt ne rien faire

Plutôt que d’en souffrir ?

Mais le démon me pousse,

Il existe un moyen

De vaincre cette frousse

De n’aboutir à rien.

Et je m’y remets donc,

Désir inassouvi…

De l’arbre j’ai le tronc,

Les branches, je les écris.

Publié dans Poemes, Tous les textes | Pas de Commentaire »

Google translate experience #4

Posté par Durf667 le 29 décembre 2016

Comme il y a longtemps que je n’ai pas posté ici, je vous propose le retour de ces petits délire littéraro-débile que sont les google translate experiences. Pour rappel, je prends un texte existant (dans le cas qui nous occupe, Fragments d’étoile ou : La complainte de Samaël pour son amour perdu), et je le passe aux filtres successifs de la traduction automatique de notre ami google. Et donc, aujourd’hui, les traductions successives sont Français/Turc/Arabe/Hindi/Grec/Gallois/Azeri/Anglais/Retour au français. Et donc voilà :

 

 

Souvenirs d’un millier d’années

Il semble trop petit.

Je ne me facture pas pour le crime

Vous savez pourquoi je respecte

Mais une chose est claire

Comme il n’y a rien de demi-teinte

Mes raisons sont les battements

Je sais que l’un.

Je pensais que jongler avec quinze.

Je suis calme.

Les rêves sont des traîtres,

Laissez-moi savoir.

Je suis la cause du mal

Et des antibiotiques.

droit

Si vous avez perdu le cœur.

Je ne sais pas son nom,

Mon seul vrai

Je l’aime.

Il vient de mourir, et ses yeux Thule

Pourtant, à venir.

Juste entre mes lèvres sont encore en vie, la respiration

J’ai utilisé

Toujours.

objectifs

Je me sens vivant

qui a célébré

peur de perdre

Toujours.

Samael, Lucifer, Orphée, Ulysse et autres

Nom de l’école.

Ce qui reste de la boîte et je

Que quitter Pandora.

Espérons.

toujours

Je sais.

J’entends les mots,

Fils et fille Faith

étoiles Trailers.

Il est de notre hymne national.

Grande imagination,

Dans une très courte laisse.

Des milliers pied arrière.

Nous Boundary mur

névroses,

Sacrifice obligatoire.

D’autres dorment.

vouée à l’échec, essayez à nouveau,

Murs nous ont frappés,

Mais les puces.

Je suis l’Archange Michel, je ne suis pas le diable

Début et fin

machine.

Espérons.

Je suis toujours là, et s’il y a une certaine fatigue.

Et je suis toujours vivant

Je suis resté.

Publié dans Poemes, Tous les textes, Trucs bizarres | Pas de Commentaire »

Rêve #538

Posté par Durf667 le 11 janvier 2016

J’ai rêvé, épuisé, de souvenirs futurs

J’ai rampé dans mon sang en attendant tes bras

J’ai creusé ma douleur, su ce qui me perdra

J’ai souhaité être là. J’ai souhaité être sûr…

.

J’ai rêvé de ta peau qui dansait sous mes lèvres

J’ai rêvé de tes larmes où se noyaient les miennes

Et mes plaies s’épanchaient sur l’épaule des tiennes

J’ai rếvé d’un combat dont tu étais la trêve

.

J’ai senti ta douleur se nourrir de mon sang

J’ai senti ton espoir s’insinuer sous mes draps

Déchirant ma raison, réchauffant le climat

De mon coeur assoupi, fatigué des tourments

.

J’ai intégré ce doute à mon schéma mental

Ce que je ne sais pas et ne saurai jamais

J’ai rêvé de ta bouche qui soufflait l’air de Mai

J’ai rêvé d’un printemps de braises, espoir fatal !

.

C’est toutes mes névroses que je dépose ici

Sur l’autel, sur la pierre, en vue du sacrifice

Je voudrais sans douter venir entre tes cuisses…

Mon cerveau est trop sale, trop usé, trop rassis.

.

Alors que l’on me laisse me glisser contre toi

Oublier dans ta sueur les promesses de l’ombre

Qui m’ont promis le rien, qui m’ont promis la tombe

Si je veux vivre encore, c’est un peu grâce à toi

.

J’ai rêvé de connaître le parfum de ta fièvre

J’ai rêvé de nos corps éreintés l’un par l’autre

J’ai rêvé de la paix qui un jour sera nôtre

J’ai rêvé de ta peau qui dansait sous mes lèvres.

Publié dans Poemes, Tous les textes | Pas de Commentaire »

12345...10
 

lepoetesolidaire |
Mots ecrit pour apaiser les... |
Mes poèmes qui retrace ma vie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le cercle des mots disparus
| vivre et souffrir pour écrire
| histoireentoutgenre